Grogne chez les pilotes de la RAM

Ambiance tendue au sein de Royal Air Maroc (RAM). Un conflit latent oppose la direction à l’Association des pilotes de lignes (AMPL) dont les membres portent le brassard depuis 7 jours. Deux problèmes expliquent la colère des pilotes. Ceux qualifiés de structurels, relatifs à la retraite et à l’assurance, notamment celle qui couvre le risque de perte de la licence de pilotage pour raisons de santé, auquel tout pilote est exposé. Selon le président de l’association, Mohamed Jalal Yacoubi, ces doléances avaient bénéficié, auprès de Driss Benhima, PDG de la RAM, d’une écoute très attentive lors d’une réunion tenue en février dernier, mais, depuis, aucune suite n’a été donnée à ces revendications.

L’autre problème qui empoisonne l’ambiance au sein de la compagnie est le recrutement de pilotes étrangers dont une quarantaine seraient actuellement en formation à la RAM.

L’AMPL n’est nullement opposée à ces recrutements, explique M. Yacoubi, car la RAM est, à l’instar de nombreuses compagnies, en sous-effectif, mais il précise que ces derniers n’ont pas bénéficié de la même qualité de formation que leurs pairs marocains. La grogne de l’AMPL est aussi amplifiée par le fait que ces pilotes étrangers ont été recrutés sans l’avis de la commission de recrutement qui regroupe la direction et l’association, conformément à une convention qui avait été signée avec l’ancienne direction.

Quel est le bien-fondé des griefs des pilotes ? La direction de la RAM n’a pas répondu aux sollicitations de La Vie éco, estimant qu’il s’agit là de problèmes internes.