Grippe aviaire, le niveau d’alerte relevé

La presse algérienne a signalé un cas de grippe aviaire dans la wilaya d’Oran, plus exactement dans la localité de Sidi El Bachir, à  plus de 430 km d’Alger,

La presse algérienne a signalé un cas de grippe aviaire dans la wilaya d’Oran, plus exactement dans la localité de Sidi El Bachir, à plus de 430 km d’Alger, mais à seulement quelques encablures de la frontière de la ville d’Oujda.

L’information, publiée le 27 mars par la presse, n’a pas été confirmée par les autorités sanitaires algériennes. Contactée par La Vie éco, la direction de l’élevage au Maroc explique que les échos qui ont suivi leur demande d’information, à l’heure où nous mettions sous presse, font état d’un démenti du côté des autorités sanitaires algériennes. Dans le même temps, les journaux algériens (Le courrier d’Alger, l’Echo d’Oran) continuaient à soutenir que l’information était bel et bien vérifiée, en dépit et même après les déclarations des autorités de leur pays.

Interrogé à ce sujet, le Dr Hamid Benazzou, directeur de l’élevage au ministère de l’agriculture, considère que, «pour l’instant, il s’agit encore d’une rumeur, dans la mesure où l’Office international des épizooties (OIE) et la FAO ne nous ont fourni aucune précision à cet égard. Mais comme cette question nous interpelle au plus haut point, nous avons relevé le niveau d’alerte dans la région suspectée». Le jour même de la parution de l’information, le comité de suivi de la grippe aviaire, qui tient une réunion quotidienne, a organisé une séance de travail exceptionnelle en impliquant les autorités de la wilaya d’Oujda.

Sur le terrain, les premières mesures ont porté sur le renforcement du contrôle de la circulation des volailles pouvant transiter par les frontières. Il a été également ordonné aux éleveurs, responsables et toute autre personne, de signaler toute mortalité de volaille afin de faire analyser systématiquement les cadavres.