Grève des pilotes : Le ras-le-bol de Driss Benhima

Il fustige l’attitude des pilotes en grève.

Excédé, c’est le moins que l’on puisse dire de Driss Benhima le président directeur général de Royal Air Maroc dont les pilotes sont entrés de nouveau en grève, mercredi 22 juillet, à 17h, pour une reprise de travail prévue samedi 25, à 8h. M. Benhima, qui avait jusque-là gardé le silence même à l’issue de la première grève menée lors du week-end du 18 juillet, est sorti de sa réserve pour fustiger l’attitude des pilotes. Dans une déclaration à La Vie éco, à l’heure où nous mettions sous presse, il estimait que «le corps des pilotes est le dernier secteur du transport aérien national qui n’a pas encore compris toute l’ampleur des mutations qu’a connues cette activité». Mettant en exergue l’ouverture du ciel à la concurrence et la baisse des tarifs qui s’en est suivie, alors que «la RAM a garanti la préservation des acquis de tout son personnel, y compris les pilotes», le PDG de la compagnie n’en estime pas moins que les nouvelles filiales que sont Atlas Blue et RAM Express «doivent être adaptées au nouvel environnement et il n’est pas question d’exporter dans nos filiales les mauvaises habitudes, l’indiscipline et la volonté d’autogestion qui caractérisent l’ANPL [ndlr : association nationale des pilotes de ligne]».
Il faut rappeler que parmi les principaux reproches que font les pilotes à leur employeur figure en priorité celui de recruter des commandants de bord étrangers, alors que des compétences marocaines sont en attente de recrutement. Une initiative que la RAM lie, elle, à un manque de ressources humaines dans tous les secteurs aussi bien celui des co-pilotes que des commandants. Pour Driss Benhima l’attitude des pilotes «n’a rien à voir avec la marocanisation des commandants de bord qui reste, pour la direction, un objectif ancien et actuellement renforcé». Affaire à suivre.