Grand-messe de la fonction publique

L’administration sera à l’honneur à partir du 6 décembre prochain et pendant trois jours à l’occasion de la tenue des travaux du Conseil supérieur de la fonction publique. La dernière session avait eu lieu, rappelons-le, il y a deux ans, après une longue léthargie due principalement à des problèmes relatifs à la constitution des structures du conseil. Instance élue où siègent les membres aussi bien de l’administration que ceux des centrales syndicales, le conseil est avant tout un organe de concertation.
Les travaux des trois journées du mois de décembre seront axés principalement sur la réforme entamée par le département de Mohamed Boussaid, ministre chargé de la Modernisation des secteurs publics.
L’occasion sera donnée aux centrales d’examiner les résultats de l’opération des départs volontaires mais surtout de donner leur avis et propositions quant à la meilleure manière de mettre en œuvre la suite réservée aux départs volontaires, à savoir le programme de mobilité et de redéploiement au sein de l’administration. L’autre point à l’ordre du jour, et qui ne manquera certainement pas de susciter les débats, est celui de la discussion du système de la rémunération publique.
Les travaux de cette session devront permettre à M. Boussaid de sonder les partenaires sociaux et d’intégrer, dans la mesure du possible, leurs propositions, notamment en ce qui concerne le redéploiement. La mise en œuvre de celui-ci devra, en toute logique, intervenir dans les mois, voire les semaines à venir, afin de ne pas vider l’opération des départs volontaires de sa substance et d’éviter d’en faire une action isolée