Fruits et légumes : flambée des prix

la pénurie coïncidera avec le ramadan

Mauvaise nouvelle pour les ménages. L’embellie qui dure depuis quelque temps sur les prix des fruits et légumes ne durera pas. En effet, les fortes chaleurs accompagnées de chergui qui ont affecté le climat, depuis le début de septembre, auront un effet néfaste sur la production.
Contacté par La Vie éco, le secrétaire général de l’APEFEL (Association des producteurs et exportateurs de fruits et légumes), Mohamed Zahidi, est pessimiste. Il estime que déjà «les conditions climatiques dures du mois d’août ont affecté près d’un cinquième de la production». Ce qui se traduira par un retard de production. Les chaleurs de ces derniers jours n’arrangent rien. Ainsi, à cause de ces pertes, la production qui devait être sur les marchés au début d’octobre ne sera disponible qu’au début novembre. Il y aura bel et bien une pénurie qui, selon les responsables de l’APEFEL, devrait durer près d’un mois. Conséquence, on s’attend à une flambée des prix. Selon les professionnels, elle touchera essentiellement la tomate, la courgette, la carotte et les navets. Par malchance, il se trouve qu’en termes de timing, cette pénurie coïncidera avec le mois de Ramadan.
Côté fruits, surtout les agrumes dont la saison commence, la situation est également inquiétante. Des agriculteurs dans la région d’Agadir nous signalent une production compromise. La canicule a freiné la croissance des fruits qui présentent aujourd’hui un calibre insuffisant, ce qui risque de se répercuter sur la campagne à l’export. Jeudi 23 septembre, une délégation du Moroccan fruit board (MFB), consortium qui exporte près de 80% de la production nationale d’agrumes, était en tournée à Agadir pour évaluer la situation.