Former au lieu de réformer !

Le début de l’année 2005 est marqué par l’opération «Départ volontaire de la fonction publique». Cela a pour but de réduire les effectifs de la fonction publique (et par conséquent la masse salariale et tout ce qu’elle suppose comme charges), en incitant les fonctionnaires à quitter leurs fonctions contre une prime de départ assez généreuse, et une pension mensuelle jusqu’à l’âge de la retraite.
Pourtant, une des principales règles de gestion qu’on nous a apprises à l’école de commerce est qu’un bon dirigeant cherchera toujours à retarder le plus possible les sorties d’argent (charges) et à accélérer les rentrées de liquidités. Or, c’est tout à fait le contraire qui se fait actuellement au niveau de la fonction publique! Payer en 2005 des charges que l’Etat aurait supportées au cours des prochaines années n’est pas forcément la meilleure chose à faire.
Au lieu de payer ces fonctionnaires pour qu’ils «restent chez eux», il aurait été judicieux d’utiliser une partie de cet argent pour les former afin de répondre aux nouveaux besoins exprimés par les institutions publiques et investir le reste des sommes allouées à cette opération en projets productifs. Et, par conséquent, profiter pleinement du travail des fonctionnaires et des bénéfices des investissements effectués… en attendant les futures échéances salariales.