Forêt de la Maà¢mora : 10 000 ha squattés

Des terrains titrés à l’intérieur de la forêt. C’est la mauvaise surprise qu’a eu le Haut commissariat aux eaux et forêts en début d’année au moment où il entamait les travaux pour l’immatriculation de la forêt de Maâmora.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, à l’intérieur de la Maâmora, il existe des îlots qui appartiennent à des particuliers, sachant que le domaine forestier est censé être propriété non cessible de l’Etat. Sur les 140 000 hectares que compte réellement la Maâmora, le Haut commissariat n’a pu en immatriculer que 130 000 environ, le reste, à savoir 10 000 ha, étant justement objet de litige avec des personnes qui en réclament la propriété.

Qui a donné le droit à ces personnes de s’adjuger ces parcelles ? Auprès de qui ont-elles été achetées ? Et à quel prix ? Qui a immatriculé ces propriétés ? Des questions qui, pour l’instant, restent sans réponse.

Après la Maâmora, dont la procédure d’immatriculation a duré six mois et qui dispose désormais d’un titre foncier, la même procédure est menée pour plusieurs autres sites forestiers : 70 000 ha dans la région d’Agadir et des milliers d’autres à Al Hoceima.
D’ici la fin 2008, le Haut commissariat aura immatriculé une étendue forestière de 2 millions d’hectares, en plus de 5 autres millions qui sont dans le pipe pour les années à venir.