Foncier : valorisez ou passez votre chemin !

l’agence urbaine en guerre contre la spéculation

«Tous les terrains non valorisés depuis le dernier plan d’aménagement seront déclarés d’utilité publique», a décidé le gouverneur de l’Agence urbaine de Casablanca, Allal Sakrouhi. Il déclare ainsi la guerre à l’économie de rente qui est, selon lui, l’ennemi numéro un de l’économie moderne et productive. «Mieux vaut utiliser ces espaces pour construire des écoles ou aménager des jardins». L’époque où un propriétaire foncier pouvait dormir sur ses deux oreilles pendant des années, en attendant que son terrain prenne de la valeur, sera donc bientôt révolue. «Ce type d’économie est en opposition absolue avec notre projet de société», dénonce le gouverneur.

Et ce n’est pas tout. M. Sakrouhi veut que les autorisations de construire soient affectées d’une date d’échéance. «Passé ce délai, le propriétaire devra à nouveau payer la taxe d’autorisation», explique-t-il. Ceci pour éviter que des projets immobiliers inachevés polluent le paysage urbain casablancais ad vitam aeternam. Que les nouveaux propriétaires de terrain non bâtis soient avertis : ils seront soumis à la même taxe que les autres, c’est-à-dire 20 DH par mètre carré chaque année (voir aussi p.14).

Le conseil d’administration de l’Agence urbaine de Casablanca planche également sur la création d’une direction des opérations foncières et d’aménagement. Objectif: réguler le foncier au sein même de l’agence. La direction pourra notamment déclarer certains sites «zones d’aménagement différé». «Dès cette déclaration, les prix sont bloqués et l’agence a un droit de priorité sur l’acquisition foncière», explique Allal Sakrouhi. En plus du droit d’exproprier, cette nouvelle entité pourra jouir d’un droit de préemption, afin de lutter contre le fameux «noir» qui sévit dans l’immobilier.