Flagrant délit pour un agent des impôts

La scène se passe mardi 18 octobre, au bureau de l’enregistrement et du timbre (direction des Impôts) de Casa-Anfa. Des éléments de la brigade de la Police judiciaire débarquent et se dirigent vers un des fonctionnaires, lui demandant de vider ses poches et y trouvant une liasse de billets, 3000 DH en tout. Les enquêteurs vérifient les numéros de série. Il n’y a pas de doute. Ce sont bien les billets dont ils détiennent eux-mêmes des photocopies. Le flagrant délit est sans appel.
Tout avait commencé quelques jours auparavant. Un contribuable, venu s’acquitter des droits d’enregistrement pour un contrat, est resté dubitatif devant le montant qu’on lui demandait. Environ 26 000 DH. Notre fonctionnaire lui propose alors ses services. Lui montrer une astuce, légale, qui lui permettrait de payer 8 000 DH de moins. Bien entendu, le service était payant. Le fonctionnaire réclame 50% du montant économisé, soit 4000 DH. Le marché est conclu et le contribuable commence par avancer une somme de 1000 DH. Au matin du 18 octobre, le client remet les 3 000 DH manquants. Sauf qu’il avait pris la peine, auparavant, de photocopier les billets remis. Puis il prend la direction des locaux de la Police judiciaire où il dénonce le fonctionnaire en remettant les photocopies des billets de banque ! La suite, on la connaît !.