Fin du suspense pour la FIM ?

les élections programmées pour fin novembre

Moulay Hafid Elalamy sera-t-il finalement débarrassé du casse-tête de la FIM ?

S’agit-il du dernier rebondissement dans la course à la présidence de la Fédération des industries de la mer (FIM) ? Le 3 novembre courant, les membres de la FIM avaient été conviés à une réunion pour statuer sur l’avenir de leur fédération, notamment les modalités des élections d’un nouveau président. Premier accroc, Moulay Hafid Elalamy, qui devait présider en personne la rencontre, n’ayant finalement pas pu y être, certains membres en ont profité pour tenter de faire capoter la réunion en appelant en coulisses au boycott, confie une source à la FIM.

Finalement, le quorum a pu être réuni et, en l’absence de M. Elalamy, c’est à Mohamed Benjelloun, ancien président de la fédération, qu’est revenue la présidence de la séance de travail. A la fin de la rencontre, il a été décidé, à l’unanimité, de tenir les prochaines élections le 28 novembre à 14 heures au siège de la CGEM. Par ailleurs, les demandes d’adhésion d’armateurs du segment de la pêche artisanale, jugées auparavant non conformes aux statuts de la CGEM, ont fini par être validées. Au lendemain de cette rencontre, coup de théâtre : Omar Akouri, un des trois candidats déclarés, a annoncé son retrait de la course, laissant ainsi le champ libre à deux de ses confrères. Il s’agit de Rachid Benkirane, actuel président de l’Apapham et de Hassan Talbi, président de l’Association de la pêche artisanale. Les pronostics donnent le premier gagnant en raison de sa capacité à rallier les voix qui devaient initialement profiter à M. Akouri et de sa sensibilité au rôle que peut jouer la pêche artisanale organisée. De son côté,

M. Talbi estime aussi avoir ses chances pour accéder au fauteuil de la présidence. Le spectre d’une scission de la FIM, scénario envisagé un moment par M. Elalamy lui-même, pour créer une structure dédiée à la pêche artisanale, semble être définiti- vement écarté.