Feu vert clignotant ? Illégal !

Que se passe-t-il quand un automobiliste brûle un feu jaune ? Tout dépend de l’agent de la circulation et de l’interprétation qu’il fait de la situation. Certains le tolèrent, d’autres non. Et l’arrivée du feu vert clignotant a compliqué la donne, donnant lieu à des interprétations encore plus fantaisistes.

Mais le fait est que le feu vert clignotant, pure invention locale, est illégal. Et c’est le Bulletin officiel qui en apporte la preuve définitive et irréfutable. Dans la dernière livraison du BO datant du 1er novembre 2007, un arrêté conjoint du ministre du transport et de celui de l’intérieur sur la signalisation routière stipule que les seuls feux de signalisation clignotants reconnus par la loi sont le rouge (pour les passages à niveau et les ponts mobiles) et l’orange. Il n’y a pas de vert qui clignote! Mieux : dans l’avant-dernier article dudit décret, il est clairement stipulé que «l’emploi de signaux de types ou de modèles différents de ceux qui sont définis par le présent arrêté est strictement interdit». Conclusion : nombre de communautés urbaines sont hors-la-loi.

Mais ce n’est pas la seule entorse aux textes. Le ministre du transport, Karim Ghellab, avait déjà déclaré publiquement que les ralentisseurs (dos-d’âne) mis en place par la ville de Casablanca n’étaient pas réglementaires. Ce qui n’a pas empêché cette dernière de continuer à en implanter, un peu partout, dans la métropole.