Fausse alerte dans le Nord

Les responsables en charge du suivi du développement de la grippe aviaire ont eu des sueurs froides cette semaine. Une alerte avait été donnée dans le nord du pays. Des canards ont été trouvés morts, par des chasseurs dans les montagnes du Rif qui concentrent plusieurs zones humides. Ils ont aussitôt alerté les services du Haut commissariat aux Eaux et forêts. La mort était d’autant plus suspecte que le canard est un animal du type porteur sain. Autrement dit, c’est un oiseau migrateur qui peut porter le virus sans être affecté par la maladie. Selon des sources proches du dossier, ces oiseux migrateurs avaient transité par l’Espagne avant d’atterrir au Maroc.

En fin de compte, plus de peur que de mal. Les analyses effectuées ont démontré que les oiseaux n’étaient pas contaminés. Leur mort n’a pas été causé par le virus de la grippe aviaire. Selon les mêmes sources, les canards sont morts après avoir absorbé des aliments traités par des insecticides. Dans la foulée, les responsables se sont voulus rassurants. Aucun cas de virus de la grippe aviaire n’a été détecté chez les oiseaux migrateurs qui viennent au Maroc. Mais la vigilance reste de mise et le niveau d’alerte est le même que celui déclenché à l’échelle internationale. A ce stade, le pays a mis en place une cellule de veille et d’aide à la décision regroupant, entre autres, la Direction de l’épidémiologie et de la lutte contre les maladies et l’Inspection du service de santé des Forces armées royales.