Face, Mansouri, pile, Oukacha

les 35 membres du bureau exécutif du rni élus le 9 juin.

Les tractations vont bon train pour la formation du bureau exécutif du RNI. Après un IVe congrès, tenu du 24 au 26 mai dernier, et lors duquel les 800 membres du bureau national avaient élu Mustapha Mansouri président du parti, le RNI se prépare à élire l’une de ses principales instances encore non désignées : le bureau exécutif. Si plusieurs sources, au sein du parti, font état d’une réunion du comité central en ce sens le 9 juin courant, à Rabat, la manière dont les trente-cinq membres du bureau politique devraient être désignés reste à déterminer. En effet, face au nombre important de membres du comité central désirant se présenter – environ 90, selon nos informations -, certaines voix au sein du parti seraient en faveur du recours à la mise en place de deux listes bloquées, l’une représentant le camp Mansouri, l’autre les pro-Oukacha. Pour garantir une représentativité à l’image du congrès, la taille des deux listes serait calculée en fonction des proportions qu’avaient données les urnes lors des élections présidentielles du 26 mai. Un principe que certains rejettent en demandant de laisser les urnes décider de la composition du bureau sans concertations préalables.

Le RNI ira-t-il jusqu’au bout de son pari démocratique ? Mustapha Mansouri répond à moitié. «Nous allons passer aux urnes en toute transparence, comme nous l’avons fait pour la présidence, et nous allons choisir 35 personnes. J’espère que le bureau exécutif qui va sortir de ces élections sera renouvelé, rajeuni et que ce sera un bureau politique qui me soutiendra dans les réformes à mener au sein du parti», indique -t-il. Mais encore, répartition au prorata ou liberté des urnes ? Réponse le 9 juin.