Encore des tabous

A l’heure où nous parlons de budget, il est des questions qui sont encore taboues et que la presse ne soulève pas. Au risque de répéter ce que certains ont déjà dit, la question des gros salaires et des avantages accordés à certains hauts fonctionnaires n’est toujours pas posée avec la franchise qu’il faut. Le ministre des Finances et le gouvernement disent qu’ils auront un problème sérieux à gérer, celui de la masse salariale. Mais, nous savons tous, et ils le savent également, que le budget peut faire des économies importantes sur le gaspillage dû à ces avantages. Pourquoi le gouvernement n’a-t-il pas le courage d’arrêter l’hémorragie et de revoir les textes qui régissent les avantages accordés aux hauts fonctionnaires ? Le Maroc est peut-être le seul pays au monde où un ministre continue jusqu’à la fin de ses jours, même en n’étant plus ministre, à percevoir le salaire d’un ministre. Si on fait le calcul sur le nombre de gouvernements que nous avons eu au Maroc depuis l’Indépendance, ce sont des milliards qui auraient pu être utilisés pour des causes prioritaires. Tant que nous aurons des mécanismes archaïques de ce genre, nous ne pourrons jamais avancer.