En prison pour un prêche au biceps

C’est un vendredi bien agité qu’aura connu ce 29 septembre une petite mosquée de Khénifra. Les fidèles habitués à  fréquenter la mosquée Oum Rabiî ont failli en venir aux mains avec les forces de police.

C’est un vendredi bien agité qu’aura connu ce 29 septembre une petite mosquée de Khénifra. Les fidèles habitués à fréquenter la mosquée Oum Rabiî ont failli en venir aux mains avec les forces de police.

La raison de l’incident n’est autre que l’imam censé diriger la prière. En effet, Bensalam Bahacham, imam jugé proche d’Al Adl Wal Ihssane et interdit de prêche depuis quelque temps, s’est présenté ce vendredi 29 septembre dans la mosquée et a tenu à diriger lui-même la prière, faisant fi de l’interdiction. En fait, l’imam en question, professeur d’éducation islamique dans un lycée de la ville, s’était vu interdire, dans un premier temps, de dispenser les cours religieux dans l’enceinte de la mosquée durant le Ramadan. Plus récemment, et suite à une altercation avec le gouverneur de la province de Khénifra survenue à l’occasion des funérailles de l’ancien président du conseil régional des oulémas de la ville, il a fini par être interdit de prêche du vendredi à la mosquée Oum Rabii, lieu de culte où il dirige la prière depuis une dizaine d’années.

Mais sa tentative pour briser le blocus lui a valu une arrestation puisque les éléments de la police, alertés, ont vite rappliqué. La tâche n’a pas été facile, non pas à cause de la résistance de l’imam, mais parce que l’indicent a failli dégénérer quand les policiers ont dû user de la force pour disperser les prieurs attroupés devant la porte de la mosquée en guise de protestation. L’imam rebelle, lui, s’est retrouvé devant le tribunal de première instance de Khénifra le lundi suivant dans la matinée.