Elyazghi sur un siège éjectable ?

Que se passe-t-il à  l’USFP ? Lundi 8 octobre, Al Ittihad Al Ichtiraki, le quotidien arabophone du parti, publiait le communiqué d’un groupe de militants.

Que se passe-t-il à l’USFP ? Lundi 8 octobre, Al Ittihad Al Ichtiraki, le quotidien arabophone du parti, publiait le communiqué d’un groupe de militants, et non des moindres, appelant à une refondation du parti, à un nouveau mode de fonctionnement et à une redéfinition du rôle de ses deux principales instances que sont le bureau politique et le conseil national. Serein dans sa forme, mais néanmoins ferme sur le fond, le texte est en fait une critique à peine voilée du mode de gestion du parti par son premier secrétaire, Mohamed Elyazghi. Or, non seulement le texte est paru dans l’organe du parti, donc avec l’aval d’Elyazghi, non seulement encore il paraissait sur la Une en même temps qu’un édito visiblement écrit par ce dernier (voir page 36), mais de plus, parmi les signataires, il y avait deux personnes apparentées au premier secrétaire et même son chef de cabinet.

Sur le coup, on serait tenté de penser à un coup monté de la part du leader USFPéiste, qui utiliserait tous les leviers possibles, y compris celui de l’auto-flagellation, pour faire pression sur l’Istiqlal. Toutefois, le raisonnement ne résiste pas à une lecture attentive du communiqué. Si Elyazghi a effectivement fait de la récupération politique, il n’en est pas moins violemment critiqué au sein du parti. On lui reproche, entre autres, l’échec relatif du parti aux élections, l’absence de transparence quant aux négociations entamées avec Abbas El Fassi, et le peu de concessions obtenues de l’Istiqlal. De manière plus globale, c’est le mode d’administration du parti, qui ne fait pas suffisamment fonctionner les instances formées à cet effet, qui est mis à l’index. Au sein du conseil national, on se prépare à demander la tenue anticipée du congrès pour mars 2008 au lieu de juin. Même au sein du bureau politique, la grogne est perceptible. Bref, on demande la tête d’Elyazghi.