Elections

Fédération PME : trois hommes et un fauteuil

Après la saga des élections du président de la CGEM, un autre feuilleton commence, celui de la Fédération des PME, dont l’actuel président n’est autre que Adnane Debbagh, le challenger qui a raté de près le fauteuil de la Confédération. Ce dernier, qui en est à son second mandat, ne pourra pas rempiler. Du coup les noms d’éventuels prétendants commencent à circuler même si les élections ne sont prévues qu’au mois d’octobre prochain.
Premier nom sur la liste, Hammad Kessal, actuel vice-président de la même fédération. Il a déjà fait part publiquement de son intention de briguer le poste et se présente, du moins pour l’instant, comme un candidat sérieux et, surtout, fort du soutien du président sortant. Une manière pour Adnane Debbagh de renvoyer l’ascenseur à celui qui a été son digne représentant lors des élections du 20 juin. Si pour l’instant aucun autre prétendant ne s’est officiellement manifesté, certains noms reviennent avec insistance. C’est le cas notamment du président de la Fédération des cabinets d’ingénieurs topographes, Lahcen Abbi.
Et comme toutes les élections présidentielles, celles-ci apportent elles aussi leur lot de surprises. Ainsi, et depuis quelques jours, il se murmure que Mourad Belmaâchi serait sur les rangs des prétendants. Ce qui a suscité quelques remous. Et pour cause, il était également dans la course à la présidence de la CGEM avant de se retirer le jour même du vote, et de manière inattendue, au profit de Hassan Chami. Belmaâchi, contacté par La Vie éco, a démenti l’information en se disant «nullement intéressé par le poste». Mais avec Belmaâchi on n’est jamais sûr de rien, même le jour des élections