Du talent, du courage et de la foi !

Il sétaient tous bons pour la finale. Mais comme il n’en fallait que cinq, le jury de «Challengers 2006» a eu de la peine à  départager les 21 demi-finalistes.

Il sétaient tous bons pour la finale. Mais comme il n’en fallait que cinq, le jury de «Challengers 2006» a eu de la peine à départager les 21 demi-finalistes. La preuve : on s’est permis de prendre un sixième finaliste – non prévu initialement – tant les jeunes en course méritaient d’accéder au dernier niveau.

La finale, qui se jouera le 8 avril, en direct sur 2M à partir de 21h15, s’annonce très serrée. Sur les six projets restés en lice, on remarquera que les villes du Sud sont présentes en force. De la petite ville de Youssoufia, le jeune Abdelhamid Ouahi, électromécanicien de 28 ans, se propose de produire localement une pâte pour prothèses dentaires qui reviendra moins cher que celle importée.
Abdelkrim Mostalih, lui, rêve de transformer 30 000 ha inexploités dans la région de Benguérir en la plus grande exploitation de pistaches au monde. Toujours dans l’agriculture et les villes du Sud, un projet plus «conventionnel» mais tout aussi séduisant : des fertilisants et des biostimulants pour l’agriculture qu’Anass Chleyah, ingénieur agronome originaire d’Agadir, se propose de fabriquer localement. Et un peu plus au sud, c’est une fonctionnaire qui a décidé de se lancer à l’aventure. Mahjouba Daoudi, 36 ans, originaire de Laâyoune, a été retenue pour la finale avec son projet de viande de dromadaire séchée (gueddid !).
Les deux autres projets, eux, sont à chercher du côté de l’Ouest et de l’Est. A l’instar de l’invention de ce mécanicien de 28 ans, originaire de Sidi Slimane. Rachid El Aouad a mis au point une éolienne qui n’a pas besoin de vent et qui permettra d’alimenter une pompe d’eau électrique. Et pour finir, on relèvera le courage de cette élève architecte de Meknès. La jeune Imane, 24 ans à peine, veut aller tenter l’aventure dans le «Far-East» en créant un gîte touristique à Jerada. Il faut le faire !

Inculquer l’esprit d’entreprendre, c’est le grand défi de Challengers