Doing business : 17 places gagnées d’un coup

17 places dans la hiérarchie mondiale du prochain Doing Business 2009. Voilà ce que devrait gagner le Maroc dans cette «bible» publiée par la Banque Mondiale qui établit un classement par pays sur la «facilité pour faire des affaires».
Il faut dire que le Royaume en a bien besoin. Dans l’édition 2008, notre pays a fait du surplace en se classant 129e sur 178 très loin derrière la Turquie (57e), la Jordanie (80e) et la Tunisie (88e). Cette piètre performance est liée essentiellement à la mauvaise notation obtenue sur les registres de la protection des investisseurs (158e), de l’embauche des travailleurs (165e) et de l’obtention de prêts (135e), où le Maroc est d’ailleurs loti à la même enseigne que la Gambie, l’Irak et le Soudan !
La bonne nouvelle c’est que, selon les spécialistes de l’institution de Bretton Woods, la mise en place d’un Credit Bureau à partir du deuxième semestre 2008 améliorera considérablement la notation du Maroc dans l’indice «obtention de prêts» et, par ricochet, hissera son classement global à la 112e place, en supposant même qu’il n’améliore pas ses autres indices.
Rappelons que le Credit Bureau est une sorte de centrale qui permet un partage efficace d’informations (niveau d’endettement, défaut de paiement, etc.) entre les établissements de crédit, ce qui améliore leur gestion des risques de contrepartie. Sa gestion a été récemment confiée par Bank Al Maghrib à la filiale française du groupe Experian, spécialiste du traitement de l’information et de l’optimisation de la relation client. Vivement donc le Crédit Bureau. Que reste-t-il donc à partager comme information pour se hisser au top ten mondial ?