Divorce : mensonge par omission ?

Le ministre de la justice Mohamed Bouzoubaà¢, a-t-il menti par omission ? Mardi 20 février, lors d’une journée d’études consacrée au Code de la famille, trois ans après son entrée en vigueur

Le ministre de la justice Mohamed Bouzoubaâ, a-t-il menti par omission ? Mardi 20 février, lors d’une journée d’études consacrée au Code de la famille, trois ans après son entrée en vigueur, il a avancé le chiffre de 28 239 cas de divorce en 2006, soit une baisse de 4,82% par rapport à 2005. Tout le monde a retenu ce chiffre, répercuté par la presse. Or, celui-ci ne reflète pas la réalité puisqu’il ne s’agit là que du nombre des divorces à la demande du mari. Celui souvent demandé par la femme, appelé attalik, a été escamoté, alors qu’il se chiffre à 14 791 cas.

Le total des divorces que devait faire ressortir le ministre est bien de 43 030 et non pas 28 239, et donc en augmentation de 5,52% par rapport à 2005 !