Des maisons «prêt-à -finir» bientôt au Maroc

Décidément, les Marocains se sont découvert en cette année 2004 des qualités de bricoleurs professionnels. Après l’arrivée d’une multitude d’enseignes étrangères, généralement françaises, spécialisées dans le bricolage.

Décidément, les Marocains se sont découvert en cette année 2004 des qualités de bricoleurs professionnels. Après l’arrivée d’une multitude d’enseignes étrangères, généralement françaises, spécialisées dans le bricolage, voilà qu’un nouvel investisseur de l’Hexagone s’installe avec un concept encore plus audacieux. Il s’agit de l’enseigne Mikit, seul constructeur français proposant depuis vingt ans des maisons traditionnelles en «prêt-à-finir». Le concept ainsi développé par ce franchiseur consiste à faire faire les gros œuvres par un professionnel tandis que l’acquéreur réalise lui-même les finitions grâce aux fournitures de second œuvre qui lui sont livrées en kit avec un «bréviaire» d’utilisation illustré en bandes dessinées !
Après le succès de cette formule innovante en France, la société s’est récemment implantée aux Etats-Unis et s’apprête à ouvrir en ce mois de septembre deux master franchises, l’une en Suisse et l’autre au Maroc. C’est du moins ce qu’a déclaré le patron de Mikit au journal de l’Observatoire français de la franchise. Les dirigeants de l’ambitieux constructeur, qui a atteint par ailleurs en France le rythme de 1 700 maisons construites par an, pour un chiffre d’affaires de 110 millions d’euros (en 2003), admettent que le style architectural marocain est assez spécifique et que ses équipes ont travaillé ardemment afin d’adapter le produit.
Mais reste à savoir si cela est suffisant pour charmer les clients marocains. Certes l’argument d’un prix inférieur de 20 à 30% à une maison identique entièrement finie est séduisant mais l’acquéreur devra lui-même poser les cloisons, les menuiseries intérieures, l’isolation, l’électricité, la plomberie, les sanitaires et les escaliers (rien que ça !). Entre l’intérêt naissant du jeune citadin marocain pour le bricolage, comme en témoignent les récentes implantations d’enseignes internationales de bricolage et la réalisation de telles prouesses (même en disposant de tous les modes d’utilisation imaginables), il y a un grand pas. Nos apprentis bricoleurs sont-ils prêts à le franchir ?