Des cartes monétiques pour les fellahs

Le Crédit Agricole tente une première expérience avec la Cosumar.

La bancarisation gagne progressivement les campagnes. Après l’expérience des agences mobiles, disposées dans les souks hebdomadaires pour permettre aux petits producteurs de verser directement leur recette dans leur compte le jour même, le Crédit Agricole du Maroc (CAM) tente une autre nouveauté, dans la monétique cette fois-ci. Tamwil El Fellah, la nouvelle filiale du CAM dédiée au financement de la petite agriculture, envisage de doter les exploitants de cartes bancaires monétiques d’un genre particulier.

Le produit s’adressera aux exploitants faisant partie de grands projets d’agrégation et qui approvisionnent régulièrement les industriels. L’idée est de les doter de cartes sur lesquelles leurs clients leur verseront directement le produit de leur vente, évitant ainsi à l’agriculteur de manipuler de l’argent liquide avec tous les risques que cela engendre. Le principe est simple : chaque fois que l’agriculteur livrera une cargaison à l’industriel, ce dernier lui versera la contrepartie en créditant son compte à travers ladite carte. Une première expérience est en cours de finalisation avec les agriculteurs qui approvisionnent les différentes sucreries du groupe Cosumar.

Pour l’instant, le produit n’est pas tout à fait opérationnel. Les équipes de la Cosumar et de la banque travaillent encore sur les aspects techniques pour sécuriser le dispositif. Selon une source au CAM, une fois le système avec les sucreries testé, il sera généralisé à toutes les autres filières, notamment le lait, l’olivier, les agrumes, les céréales. Tamwil El Fellah, rappelons-le, a pour mission de financer exclusivement les petits agriculteurs qui bénéficient de projets dans le cadre du Plan Maroc Vert.