Des Assises du tourisme nouvelle formule

Où sont donc passées les Assises nationales du tourisme, ce rendez-vous annuel qui permettait à la profession, tous métiers confondus, et à l’administration de laver leur linge sale en famille, avant d’aller en corps uni aux assises internationales ? L’édition nationale passera tout simplement à la trappe.

Il y aura dorénavant des assises uniques qui feront office à la fois de rencontre locale et internationale. Une décision que Mohamed Boussaïd explique par un souci de transparence. «Il n’y a rien à cacher. Les problèmes du secteur sont connus, normaux et ils sont inhérents à tous les pays qui ont fait du tourisme un secteur-clé de leur économie».

Il est vrai qu’après avoir résolu les problèmes du foncier, du financement et du transport aérien, thèmes centraux des premières éditions, on est passé à un autre stade : celui de la capacité d’accueil – qui dépend des initiatives privées et de l’avancement des chantiers du plan Azur -, ainsi que de la formation et de la qualité du service.

Ces derniers thèmes formeront d’ailleurs l’ossature des prochaines assises qui se tiendront à Tétouan, le 14 juin courant. Au menu, quatre ateliers, dont l’un dédié à la formation des ressources humaines et l’autre au… tourisme responsable à propos duquel il est même prévu – une première – que des trophées soient décernés aux entreprises les plus méritantes en la matière.

Les organisateurs s’attendent à la présence de 250 opérateurs étrangers et quelque 500 invités marocains, entre professionnels, banquiers et investisseurs.