Crédit Agricole vs Crédit du Maroc, bis

opérations illicites et débauchage de hauts cadres

Le Crédit Agricole du Maroc (CAM) et le Crédit du Maroc (CDM) recroisent le fer. Le nouvel épisode a l’air plus grave que le précédent. En juillet 2007, les deux établissements s’étaient déjà opposés suite à l’utilisation par le CDM du logo de sa maison-mère – le Crédit Agricole français -, que le CAM avait estimé trop proche du sien.

Après intermédiation des autorités de tutelle, le président du CAM avait abandonné les poursuites envisagées.
Cette fois-ci, il semble que Tariq Sijilmassi n’est pas prêt à renoncer. Selon lui, en effet, le CDM se trouve «directement mêlé à des pratiques illégales mettant en cause d’anciens cadres du CAM et même la maison-mère en France». De quoi s’agit-il ?

Le patron du Crédit Agricole du Maroc affirme qu’un audit réalisé en janvier 2008, suite au départ du patron de la salle des marchés et de son adjoint, a démontré que «les deux personnes avaient pendant des mois effectué des opérations sur des produits structurés avec le Crédit Agricole français, sans l’autorisation du CAM». En fait, les deux traders avaient négocié des opérations portant sur des produits financiers sophistiqués et fait gagner 20 MDH au CAM. «Mais de manière illégale, en plus du fait que le CAM n’est pas intéressé par ce genre de produits», poursuit le management de celui-ci.
Le plus grave est que les traders en question, après avoir quitté le CAM, ont rejoint le Crédit du Maroc.

«Cela va à l’encontre de toute déontologie», estime le président du CAM qui en veut pour preuve des mails échangés depuis plusieurs mois, démontrant que les deux cadres, tout en étant au CAM, travaillaient déjà sur le projet de restructuration de la salle des marchés de leur futur employeur. Mercredi 12 mars, on apprenait que le CDM avait licencié les cadres en question. Une information que nous n’avons pu vérifier auprès du CDM dont les responsables n’ont pas donné suite à nos multiples requêtes. Gros scandale en perspective !