Coupure d’électricité inopportune

Divergences sur les causes.

Que s’est-il passé vendredi 12 octobre au Parlement lors de l’ouverture de la session d’automne ? A peine le Souverain avait-il commencé son discours, après la traditionnelle lecture du Coran, que l’hémicycle fut plongé dans le noir. Ni lumière ni son. Ceux qui suivaient l’événement en direct à la radio ou à la TV crurent d’abord à une interruption de la retransmission. Mais c’était bel et bien une coupure d’électricité ! 10 secondes, 20, une minute, 10 minutes ? Les appréciations sur la durée de la coupure divergent.

Redal, concessionnaire de la distribution d’eau et d’électricité dans la capitale, confirme qu’il y a bel et bien eu une coupure d’électricité dans tout le quartier où se trouve le Parlement, laquelle coupure était due à la détérioration d’un câble souterrain desservant la zone au niveau du quartier de l’Agdal. Cela dit, selon le concessionnaire, l’interruption de l’alimentation n’a duré en tout et pour tout que… 2 secondes, les agents de Redal présents sur place ayant basculé immédiatement sur une autre source d’alimentation. Selon des députés présents dans l’enceinte du Parlement ce jour-là, pourtant, la coupure a duré plus que cela. Les députés assurent qu’à l’intérieur du Parlement, la coupure a duré une bonne dizaine de minutes, alors que des ministres interrogés par La Vie éco affirment, eux, que le courant est revenu au bout de 20 secondes, mais qu’il était trop faible.

Redal soutient mordicus que le courant est revenu, avec une intensité normale, au bout de 2 secondes et met en cause les installations électriques du Parlement et/ou le matériel de la TVM. Mustapha Alaoui, qui dirige l’équipe couvrant les activités royale, est tout aussi catégorique : «Notre matériel était opérationnel et la coupure a duré au moins dix minutes». Une enquête a été ouverte pour déterminer les responsabilités de chacun des intervenants.