Cotisations : la CGEM s’enrichit

18 MDH recouvrés par le patronat en 2008

Charité bien ordonnée commence par soi-même. La CGEM s’est imposée une discipline de fer pour le recouvrement des cotisations de ses membres. Les sommes qui entrent dans les caisses de la confédération s’améliorent, en effet, d’année en année. En 2008, le montant total des cotisations encaissées  atteint 17,6 MDH contre 14 MDH en 2007. Pour comparaison, entre 2002 et 2005, la CGEM réussissait à peine à récupérer une moyenne de 7 à 8 MDH par an. Bien entendu, il existe toujours un gap entre ce qui est dû et ce qui est recouvré. Ainsi, les cotisations dues pour les deux années 2007 et 2008 sont respectivement de 24 et 26 MDH.
Selon un membre du conseil d’administration, no-nobstant ce décalage, l’évolution des cotisations dues est un bon indicateur en soi de la mobilisation des adhérents. En 2002, par exemple, les cotisations dues ne dépassaient pas les 12 MDH et, en 2005, elles étaient de 14 MDH. Une telle évolution s’explique, naturellement, par un nombre de cotisants de plus en plus important. En 2007, on en dénombrait quelque 2 500. En 2008, ils étaient 2 800, soit 300 de plus, et encore!, il ne s’agit là que de la partie visible. Parmi les membres, il y a, en effet, des associations sectorielles qui regroupent plusieurs entreprises. Derrière les 2 800 membres qui cotisent, il y a pas moins de 28 000 entreprises qui sont représentées à la CGEM. D’ailleurs, le conseil d’administration de la confédération essaie de se diriger le plus vers ce type de cotisants collectifs (du genre associations) sachant qu’aujourd’hui encore, il y a des entreprises qui continuent à contribuer à titre individuel. «Cela ne devrait pas exister puisque les entreprises sont en principe membres à travers leurs associations, comme c’est le cas au Medef, en France», explique un membre de la CGEM.