Commission zéro pour les courtiers

C’est un sujet qui fâche, mais les intermédiaires et les assurés devront s’y faire dès juillet prochain, date à laquelle les compagnies d’assurances veulent imposer la libéralisation des commissions sur les polices d’assurance. Au sein de la Fédération des assureurs, la possibilité d’abaisser les taux rétrocédés aux intermédiaires est déjà évoquée. Jeudi 9 mars, les présidents des compagnies d’assurance devaient se réunir à cet effet. En fait, les assureurs entendent aller plus loin. Il comptent profiter de la libéralisation du tarif de la responsabilité civile pour faire passer la pilule de la «commission zéro». Si pareille décision vient à être prise, elle fera certainement le bonheur des consommateurs, mais ne manquera pas d’agacer courtiers et agents. La réaction de ces derniers ne s’est pas d’ailleurs fait attendre. Réunis au sein de la Fédération nationale des agents et courtiers en assurance, ils ont décidé de contester cette mesure.

Si la décision est prise, les intermédiaires devront facturer directement la commission au client. Le hic est que cette libéralisation, aussi bien des tarifs de la responsabilité civile que des commissions, risquera de se faire dans l’anarchie, tant que le conseil de la concurrence n’est pas réellement activé. Aucun mécanisme n’existe d’ailleurs pour corriger les ententes tarifaires et la direction des Assurances et de la prévoyance sociale n’a aucun pouvoir réglementaire pour jouer les arbitres dès juillet. Une autre preuve pour faire le deuil de la loi sur la concurrence dont on attendait beaucoup, mais qui est restée quasi inappliquée.