Code de la route : l’amende maximale ramenée à  3 000 DH

Dans la mouture finale du projet de code de la route qui va être soumise au Parlement dans sa prochaine session, le gouvernement a fini par réduire et de manière substantielle la fourchette des amendes que certains jugeaient au début excessives voire exagérées. Ainsi, le montant de l’amende maximale a été ramené à 3 000 DH au lieu des 7 000 DH prévus dans la première version du projet de texte. C’est là une des principales modifications qui ont résulté des tractations et consultations qui durent depuis plusieurs mois entre le Secrétariat général du gouvernement et le ministère de l’équipement et du transport. L’amende maximale à payer auprès du tribunal concerne, bien sûr, les infractions graves au code de la route, comme le non respect d’un arrêt obligatoire, du stop ou du feu rouge, etc.

Qu’est-ce qui a motivé ce «recul », sachant que le ministre Karim Ghellab a, à plusieurs reprises, exprimé la volonté, ferme et irréversible, des autorités de resserrer l’étau autour des délinquants de la route et autres chauffards ? Deux explications possibles. La première est d’ordre tactique : le gouvernement a placé la barre trop haut pour pouvoir au final aboutir au montant qu’il voulait. 3 000 DH représentent une amende toujours dissuasive par rapport aux 400 DH, souvent négociables, en vigueur actuellement.

La deuxième explication vient du fait que de toutes les manières, les lobbies des transporteurs routiers de marchandises et de voyageurs, bien présents dans l’enceinte des deux Chambres du Parlement n’auraient jamais laissé passer un tel texte en l’état. La modification apportée par M. Ghellab éviterait donc au texte de s’enliser chez les parlementaires.