Caprices de stars et gestes de grand seigneur

Hicham El Guerrouj, Younès El Aynaoui et Salaheddine Bassir : le comité d’organisation de la Coupe du monde Morocco 2010 ne pouvait mieux choisir pour renforcer le dossier du Maroc. Mais quand on a affaire à des stars mondiales de cette carrure, il n’est pas toujours aisé de les mobiliser.
Ainsi, Salah Eddine Bassir n’était pas retenu, à l’origine, pour faire le spot concocté par l’agence Léo Burnett. La Vie éco a appris que c’est l’international Noureddine Naybet (évoluant au Deportivo en Espagne) qui devait initialement faire la promo. Mais comme le tournage devait être effectué à deux jours d’un match de la Ligue des champions, l’entraîneur du Deportivo a exigé qu’un avion privé soit affrété pour emmener Naybet à Casablanca et le ramener à La Corogne en 48 heures. Et c’est en fin de compte Bassir qui l’a remplacé.
Faire venir El Guerrouj relevait également de l’exploit car il se trouvait à Paris et avait, de plus, un rendez-vous important à Moscou. Le comité lui aurait payé le transport de Paris à Moscou puis de Moscou à Casablanca en plus des frais de séjour.
Pour l’autre expatrié, Younès Aynaoui, qui vit en Espagne, les choses ont été beaucoup moins compliquées. Contacté par l’agence, il aurait tout de suite donné son accord. Le lendemain il a sauté dans le premier avion sur Casablanca. Et, grand seigneur, Younès El Aynaoui a voyagé et séjourné à Casablanca à ses propres frais.