Cafouillage à  la nouvelle Conservation Casa-Mà¢arif

Depuis lundi 19 juin, les promoteurs immobiliers et autres hommes d’affaires disposant d’un bien au Mâarif ne cessent de se plaindre. Pour fluidifier les services cadastraux et cartographiques de Casablanca-Anfa, une nouvelle Conservation foncière a vu le jour sous le nom de Casablanca-Mâarif. Son siège a été aménagé dans l’enceinte même de la première conservation. Sauf que, depuis que la nouvelle administration a ouvert ses portes au public, lundi dernier, la simplification des procédures n’est nullement palpable sur le terrain. «Censée faciliter davantage les prestations rendues au public ainsi qu’aux professionnels qui s’y rendent au quotidien, la nouvelle conservation bloque au contraire tous les dossiers. Motif invoqué par le personnel, l’impossibilité de vérifier les dossiers des sociétés, qui se trouvent, quant à eux, aux archives de la Conservation d’Anfa», explique, non sans humeur, un notaire casablancais.

Les responsables de la nouvelle conservation mettent en avant la sécurité des documents, garants des intérêts des citoyens, auprès de cette administration hautement stratégique pour l’économie nationale. Mais entre-temps, ce sont tous les dossiers à traiter, notamment dans le domaine immobilier et banquier, qui se trouvent bloqués.

A l’heure où nous mettions sous presse, un arrangement a été finalement trouvé pour les dossiers concernant les banques. Pour le reste, rien n’a été changé.