Budget 2004 : casse-tête pour Jettou

La lettre de cadrage n’est pas encore prête

A pareille époque de l’année, l’élaboration du budget est en principe très avancée. Mais cette année, conjoncture oblige, une pierre manque à l’édifice : la lettre de cadrage n’est pas encore prête. A la primature, il est expliqué «qu’il n’y a pas de quoi s’alarmer puisque le Premier ministre avait déjà envoyé des recommandations pour l’établissement des budgets». Suite à quoi, les ministres ont élaboré un premier draft. Mais les contraintes financières de l’exercice 2004 étant lourdes, les différents départements devront revoir à la baisse leurs ambitions. Driss Jettou a d’ailleurs reçu les ministres un par un pour discuter de leurs budgets.
Au terme de ces concertations qui se sont terminées mardi 2 septembre, les ministres devront revoir leur copie à la lumière de cette fameuse lettre de cadrage qui devrait être finalisée au plus tard lundi 8 septembre. Une fois les budgets quasi définitifs en sa possession, Driss Jettou devra faire les derniers arbitrages. Une source à la primature a révélé à La Vie éco que l’une des principales difficultés dans l’élaboration du budget 2004 a été le poids de l’accord du 30 avril dernier et les dépenses qu’il induira. Certes, les belles opérations réalisées cette année, notamment celle de la Régie des tabacs qui a rapporté 14 milliards de DH, amortiront quelque peu le choc, mais le problème du financement ne sera, en fait, que décalé d’une année. En 2004, le gouvernement devra trouver d’autres recettes du même genre. Autre grosse dépense en vue, les augmentations de salaires récemment effectuées pour la police, la protection civile et les forces auxiliaires et celles qui prendront effet dès la fin du mois pour l’enseignement. D’ailleurs, mercredi 3 septembre, le Premier ministre a tenu une réunion marathon avec les syndicats de l’enseignement pour finaliser l’application des augmentations de salaires qui tombent à la veille de la rentrée scolaire. Pour couronner le tout, il faut rappeler que l’IGR sera appelé à baisser, donc à rapporter moins de recettes.