Booz Allen ne s’occupe plus d’export

La mise en oeuvre de Maroc Export Plus confiée à  un autre cabinet.

C’est officiel. Le contrat liant le gouvernement au cabinet américain Booz Allen & Hamilton, chargé d’élaborer la nouvelle stratégie pour les exportations, a été rompu. Un peu surprenant car le cabinet, désigné au terme d’un appel d’offres en juin 2008, était censé réaliser le travail de bout en bout, c’est-à-dire depuis la conception jusqu’à la mise en œuvre, sachant que la stratégie a été dévoilée en avril dernier. Mais à la mi-juin dernier, et après que le cabinet ait remis trois des cinq livrables, dont la mouture définitive de la stratégie, baptisée Maroc Export Plus, le ministère du commerce extérieur lui a adressé une correspondance lui signifiant la fin de sa mission. Le ministère souhaite, en effet, confier la phase de mise en œuvre à un autre cabinet et un appel d’offres international sera lancé, très prochainement.
Pourquoi un tel revirement ? Une source gouvernementale explique que la mise en œuvre exige que le cabinet puisse fournir des consultants en nombre nécessaire et ayant des profils spécifiques. Pour cela il doit être implanté au Maroc, ce qui n’est pas le cas de Booz Allen. En effet, depuis l’officialisation de la stratégie, le chantier de la mise en oeuvre sur le terrain ne semble pas avoir avancé pour cause de manque de ressources humaines adéquates et surtout disponibles en permanence et décidées à travailler sur le terrain. En tout cas, la rupture avec Booz Allen semble s’être déroulée sans problème. Le cabinet a répondu positivement à la demande du ministère en posant une seule condition : le paiement des travaux déjà réalisés. Du côté de l’administration, on assure que le cabinet sera payé rubis sur l’ongle mais au prorata du travail effectué, sachant que le contrat initial portait sur 13 MDH pour l’ensemble.