BNDE : 4 Mds de DH dans la nature

BNDE : un monument qui s’écroule. perte de 840 mdh en 2002

La BNDE a enfin déposé sa liasse fiscale auprès des services des impôts à Rabat. Cela s’est passé mardi 23 septembre, c’est-à-dire près de six mois après l’expiration du délai réglementaire pour le dépôt de la déclaration des résultats annuels. Mais la banque étant déjà très mal en point, la direction des impôts a décidé de ne pas lui appliquer les pénalités de retard. Au moins ça de gagné !
Comme l’on pouvait s’y attendre, les chiffres sont loin d’être reluisants. La banque, en plein redéploiement, affiche ainsi une perte comptable de 787 millions de DH auxquels il faudra ajouter 50 MDH de dividendes (réintégrés) pour avoir un résultat fiscal définitif qui est une perte de 840 MDH. Les comptes ont été surtout plombés par les dotations aux provisions qui ont atteint 900 millions de DH environ, dont 300 millions au titre de la quote-part dans les pertes de la BMAO, désormais dans le giron du Crédit agricole.
Sur le plan social, des sources à la BNDE nous indiquent que seule une trentaine d’agents a été redéployée au niveau de la CDG, essentiellement des employés et d’anciens agents. Le reste, en majorité des cadres à haut salaire, sont sur le départ. Mais il reste tout de même un gros morceau : les créances en souffrance. Interrogé par La Vie éco à ce sujet, le patron de la BNDE, Ali Harraj, indique que «la direction travaille actuellement sur ce dossier en collaboration avec un cabinet d’avocats-conseils» pour déterminer les meilleures voies de recouvrement. Et pour récupérer les 4 milliards de DH de créances qui sont encore dans la nature, la direction de la banque affirme avoir choisi de recourir d’abord aux arrangements à l’amiable, avant de passer à la manière forte, c’est-à-dire la justice .