autour de la chronique de Moulay Hicham

La chronique autour de Moulay Hicham (cf. La Vie éco du 17 juin) et de ses relations matérielles avec la presse a suscité plusieurs réactions. Je maintiens toutes mes «accusations» et je suis prêt à en supporter toutes les conséquences, y compris judiciaires.
Par contre, je me confonds en excuses vis-à-vis des épouses et des actionnaires de Média Trust (actuellement Trimédia). Ils n’ont rien à voir dans ce débat-combat. J’ai fauté en les citant,je les prie de bien vouloir accepter mes excuses les plus plates, sans autre forme ou tournure.
Etant «sanguin», j’ai aussi mis en cause des individus. Les faits sont prouvés, les commentaires sont personnels et donc subjectifs. Tout débat serait le bienvenu, mais que les personnes concernées, en dehors du prince, sachent que cela ne repose sur aucune inimitié.