Archicultivé mais pas archiÂ…tecte !

le veto opposé à  achà¢ari par les architectes

Achâari affirme ne pas être au courant de cette levée de boucliers.

La désignation, début novembre, du jury du Grand prix Mohammed VI d’architecture fait grincer des dents, précisément du côté de l’Ordre des architectes. Si les professionnels ont été associés à  l’opération dès le début, de leur propre aveu, le reste de la procédure n’a pas été à  leur goût, particulièrement en ce qui concerne la constitution du jury. Plus précisément, c’est la nomination de Mohamed Achâari, ministre de la culture, en tant que président du jury, qui a été à  l’origine de cette polémique. Pour les architectes, le ministre de la culture n’est pas tout à  fait la personne indiquée pour statuer sur les questions liées à  l’urbanisme et à  l’architecture.

Pour marquer le mécontentement de la profession, le président de l’Ordre des architectes est allé jusqu’à  adresser une lettre dans ce sens au ministre de l’habitat et de l’urbanisme. Dans cette missive, Omar Farkhani en a aussi profité pour demander à  Taoufik Hejira que le jury de ce prix soit plus ouvert aux professionnels et compte moins de représentants de l’Administration.

Contacté par La Vie éco, Mohamed Achâari a confirmé être président du jury mais n’a voulu émettre aucun commentaire au sujet des reproches des architectes, affirmant ignorer même la contestation de l’ordre. «Je ne suis au courant d’aucune réaction des architectes», a-t-il précisé.Dans tous les cas, ces discordances n’ont pas empêché les délégations régionales du ministère de l’habitat de relancer les Conseils régionaux de l’Ordre, leur demandant de sensibiliser les architectes et les invitant à  participer au prix. Ce dernier sera décerné en janvier 2007.

Rappelons que ce grand prix, décerné au meilleur projet architectural, a été institué suite à  la lettre royale adressée aux architectes le 18 janvier 2006 à  l’occasion de leur journée nationale.