Altadis : il faut attendre décembre

une banque d’affaires chargée de la valorisation

La vente des 20% de la Régie des tabacs à Altadis tributaire de l’adoption de la loi sur la prorogation du monopole.

La transaction entre le gouvernement et le groupe Altadis au sujet des 20% restants du capital de la Régie des tabacs ne sera vraisemblablement conclue qu’en novembre ou décembre prochains, selon des sources proches du dossier. Pourquoi un tel retard alors que les négociations semblent être finalisées et les parties d’accord sur la quasi-totalité des points, y compris celui du prix ?

En fait, comme l’expliquent des sources à Rabat, il s’agit d’un problème purement procédural. La conclusion du contrat ne pourra être réalisée que quand le texte amendant la loi sur le tabac et prorogeant le monopole de trois années supplémentaires aura été approuvé. Pour cela, il faudra d’abord que le projet de texte passe en conseil des ministres. Et ce n’est qu’ensuite qu’il pourra être soumis aux parlementaires. Or, selon les mêmes sources, cela ne sera probablement pas possible pour l’actuelle session, qui sera clôturée à la fin de juillet. Mais ce n’est que partie remise puisque le ministre des Finances, Fathallah Oualalou, reviendra certainement à la charge dès la rentrée. En attendant, il a chargé une banque d’affaires de procéder à la valorisation définitive de la régie. L’examen de la loi par les élus ne sera pas, certes, une simple formalité, mais l’on ne s’attend pas véritablement à un grand débat. Quant au timing, des sources gouvernementales s’attendent à ce que la loi soit approuvée fin octobre ou début novembre. Mais il faudra alors accomplir une dernière formalité, à savoir la publication au Bulletin officiel. Finalement, les observateurs s’attendent à ce que l’annonce du rachat des 20% de la régie par Altadis n’intervienne qu’en décembre. A moins d’un imprévu ou d’un désaccord de dernière minute.