Altadis ferme ses magasins cash & carry

Il revient à  la distribution directe, abandonnée en 2006.

L’expérience des magasins cash & carry tentée par Altadis Maroc a tourné court. En 2006, et suite aux orientations de la maison mère, Altadis à l’époque, la filiale marocaine avait, en effet, décidé d’abandonner la formule traditionnelle de distribution directe en ouvrant des magasins en mode libre-service où les propriétaires de bureaux de tabacs pouvaient s’approvisionner directement. Depuis, 27 magasins de ce type ont été ouverts un peu partout dans les villes moyennant un investissement conséquent de 140 MDH. Mais, entre-temps, l’entreprise a de nouveau changé de mains et le nouveau propriétaire, l’anglais Imperial Tobacco, a décidé de revenir à la première formule de la distribution directe mais de manière plus élaborée et plus professionnelle. Depuis quelques mois, les magasins ont fermé les uns après les autres. Ainsi, Altadis Maroc s’est équipée en camions et a recruté une force de vente pour désormais livrer les détaillants à domicile.
Pourquoi un tel changement ? «Parce que nous estimons que la livraison directe est le meilleur moyen de garder cette proximité avec nos clients», explique un haut cadre d’ Altadis Maroc. Pour accompagner cette nouvelle organisation, l’entreprise a mis sur pied un centre de prise de commandes par téléphone en plus de petits centres dits de dépannage. Ces derniers seront, en fait, de petits dépôts pour permettre aux clients en rupture de stock imprévue de s’approvisionner en petites quantités en attendant leurs commandes. Mais en fermant ses grands magasins, Altadis devait résoudre un autre problème car ces locaux lui servaient également de dépôts de stockage. De ce côté-là, la solution a été trouvée. C’est désormais la société de transport et de logistique La Voie Express qui se charge du stockage de cigarettes dans ses plateformes de Aïn Sebaâ et de Lakhyayta.