agence urbaine de casablanca

Madame le gouverneur chez les machos

A l’Agence urbaine de Casablanca, tout porte à croire que le changement de direction est encore en phase de digestion. L’arrivée de Madame le gouverneur directeur de l’AUC, Fouzia Imansar, nommée en octobre dernier, a été suivie par un certain nombre de changement et de mouvements. Cinq architectes ont démissionné d’un seul coup. Un chef de département, contacté par La Vie éco, explique toutefois qu’il ne faut pas nécessairement lier ces départs au changement de direction en rappelant que «les architectes et ingénieurs de l’agence sont largement sous-payés par rapport aux niveaux de salaires qu’ils peuvent trouver dans le secteur privé». L’arrivée de la nouvelle direction, comme tout autre changement, n’aurait en fait joué qu’un rôle de catalyseur.
Par ailleurs, la nouvelle directrice a opéré quelques changements. A commencer par le poste de chef de cabinet assuré par un intérimaire, M. Bouchikhi. L’ancien chef de cabinet, M. Alaoui, quant à lui, a rejoint la mosquée Hassan II où il est en charge des affaires protocolaires et officielles. Au niveau des départements, on signale le départ imminent du chef du département de la gestion urbaine, Ali Ghomri. Un départ qui était annoncé bien avant l’arrivée de la nouvelle directrice. Pour l’heure, son remplaçant n’est pas connu. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ça bouge beaucoup à l’AUC.