Administrateurs hypocrites

Aujourd’hui, les administrateurs font pression sur l’Etat par le biais de leurs syndicats pour que leurs salaires soient alignés sur ceux des ingénieurs. Ils ont le droit de revendiquer cela dans la mesure où beaucoup d’entre eux sont en effet docteurs et même docteurs d’Etat (bac +8 ou bac +10) alors qu’ils sont moins bien payés que les ingénieurs qui sont eux des bac +5 ou bac +6.
Mais il y a deux questions majeurs que nos amis administrateurs devraient se poser. La première : ont-ils oubliés que par le passé nombre d’entre eux alors fraîchement diplômés, ont fait grèves de la faim et sit-in pour demander à l’Etat de les embaucher ? Et pour des raisons que nous connaissons tous, l’Etat a fini par les embaucher en leur donnant souvent le statut d’administrateurs. Cela dit, et vu leur niveau d’instruction, ils savent que le niveau de salaire de la fonction publique est ce qu’il est et qu’ils ont été embauchés sans qu’il y ait de réel besoin pour leur profil. Aujourd’hui, on retrouve souvent des docteurs d’Etat à des postes sans relation aucune avec leur formation. Cette remarque s’impose car les administrateurs, dans leur discours, argumentent en faisant référence à leur profil valeur (en termes de rémunérations) dans le secteur privé. Mais alors, ils n’avaient qu’à aller travailler dans le privé. De plus, s’ils tiennent à faire le parallèle avec le privé, ils doivent savoir que dans le privé, le diplôme n’est qu’un passeport et que le salaire évolue en fonction des performances, non en fonction de l’ancienneté.
Deuxième question : de nombreux fonctionnaires, ne disposant d’aucun diplôme, ont accédé au statut d’administrateurs grâce à l’ancienneté. N’est-il pas un peu malhonnête de demander à être alignés sur les ingénieurs ? Un peu de cohérence messieurs !