«Bayn» et «Tilifoune dial dar», fixes ou mobiles ?

Le fixe reprend des couleurs. C’est ce qui ressort de la lecture des chiffres de la téléphonie publiés par l’ANRTà fin mars 2007. Le nombre de lignes actives a, en effet, enregistré un bond de 27 % en un trimestre, passant de 1,26 million à 1,61 million. Partant, le taux de pénétration (nombre de lignes/ 100 habitants) grimpe à 5,39 % contre 4,24 % trois mois plus tôt.

Bien entendu, l’effet Wana est passé par là. Sur les 345 000 nouveaux clients, le troisième opérateur s’en est adjugé pas moins de 338 000, soit 98% des nouveaux clients.

A ce stade, une remarque s’impose : si «Bayn», le fixe de Wana, est d’emblée classé dans la catégorie du fixe, le «Tilifoune dial dar» de Méditel est toujours considéré comme un mobile ! Injustice ? C’est selon. Il faut en effet savoir que «Bayn» est à mobilité restreinte alors que «Tilifoune dial dar», comme son nom ne l’indique pas, est totalement mobile et qu’on peut l’emmener en voyage sans interruption de service.

Pour débroussailler tout cela, l’ANRT est en train de procéder à la définition de l’abonné au fixe. Cela veut dire que les chiffres seront revus à la baisse si on considère que la technologie CDMA choisie par Wana ne relève pas de la téléphonie fixe. Ou bien les clients de Méditel qui ont recours au Wi Max vont, eux aussi, être comptabilisés dans le segment du fixe.