7 mois avec des directeurs intérimaires

La Conservation foncière peut désormais entamer son programme de
restructuration.

Plus de sept mois après sa nomination, en septembre 2003, à la tête de l’Agence nationale de la conservation foncière, le nouveau directeur, Taoufik Cherkaoui, est enfin maître à bord.
En effet, depuis son arrivée, il attendait d’être officiellement investi des pouvoirs de nomination que seul le conseil d’administration est habilité à lui déléguer. Un conseil qui n’a pu se réunir que le… 24 mars, sous la présidence effective du ministre de l’Agriculture, pour des raisons de calendrier des uns et des autres. Comme prévu, le conseil a donné au directeur de la Conservation foncière les pouvoirs qui lui reviennent.
Cela dit, l’on se demande bien comment Taoufik Cherkaoui a fait pour contourner ce petit écueil administratif afin de pouvoir manager son agence avec une nouvelle équipe. En effet, pour entamer le toilettage de la vieille dame qu’est la Conservation foncière, le jeune directeur avait besoin de sang neuf. Pouvait-il attendre sept mois ? Ça n’a pas été le cas.
Quelques jours seulement après sa nomination, il a opéré les premiers changements à la tête des grandes directions et divisions. Seulement, n’ayant pas officiellement les pouvoirs de nomination, ses nouveaux promus ne pouvaient être que des intérimaires. Et c’est en cette qualité qu’ils ont géré la structure. Mais cela n’a pas été peine perdue car, selon des sources à l’agence, le directeur général s’apprête aujourd’hui à les confirmer dans leurs fonctions. Dans la foulée, M. Cherkaoui a pu également faire valider son nouvel organigramme, ce qui lui permettra d’entamer effectivement son programme de restructuration