300 MDH de la Banque mondiale en souffrance

Elaborée en 1999, la stratégie 2020 pour le développement rural a été rattrapée par l’INDH en dévoilant tous les dysfonctionnements dont sont victimes les programmes de développement rural intégré (PDRI). Normalement, ces programmes étaient censés être menés par différents ministères à la fois sur un même territoire, d’où l’appellation «intégré», mais ils n’ont pas pu être menés à terme. Pour une fois, le blocage n’est pas d’ordre financier sachant qu’ils bénéficiaient d’un prêt de 300 millions de DH accordé par la Banque mondiale en 2003 déjà. Mais il se trouve qu’à présent, aucun projet n’a vu le jour car on est encore au stade des études.

En fait, c’est l’INDH, qui a poussé aussi bien les responsables de la Banque mondiale que ceux du secrétariat d’Etat chargé du développement rural à dépoussiérer le dossier. En effet, la banque étant aussi partie prenante dans les projets de l’INDH, qui ressemblent beaucoup aux PDRI, ses experts ne pouvaient pas ne pas poser à l’administration marocaine une question gênante : qu’était-il advenu des 300 MDH ? Auprès du ministère des finances et du secrétariat d’Etat chargé du développement rural, on explique leur inutilisation par les difficultés de coordination entre les différents ministères. Raison pour laquelle le secrétariat d’Etat planche depuis quelques semaines sur la dynamisation du conseil interministériel permanent pour le développement rural censé justement piloter les projets financés par la Banque mondiale.