22 nouvelles écoles supérieures privées

Elles ont eu leurs autorisations le 14 juillet.

Absence d’accréditation, pas d’avantages fiscaux, luttes intestines, concurrence acharnée…, tout cela ne décourage pas des opérateurs privés de continuer à investir dans le secteur de l’enseignement supérieur privé. 22 nouvelles écoles supérieures privées ouvriront leurs portes à la rentrée 2010-2011. C’est le résultat des délibérations de la commission de coordination chapeautée par le ministère de l’éducation nationale chargée de statuer sur les demandes d’ouverture lors de sa dernière réunion tenue le 9 juillet. La liste des 22 nouvelles écoles devait être arrêtée définitivement lors d’une seconde réunion prévue mercredi 14 juillet. Selon des membres de ladite commission, la majorité des établissements agréés opéreront dans des domaines classiques notamment le management, les sciences de l’ingénieur ou encore l’informatique.

Les nouvelles ouvertures arrivent à un moment où une polémique secoue le secteur depuis quelques jours au sujet des universités privées. La question a d’ailleurs été débattue lors de la réunion de la commission du 9 juillet.

Et, selon l’un de ses membres, un des trois opérateurs ayant utilisé l’appellation «Université privée» a finalement accepté d’y renoncer. Pour les deux autres, les professionnels attendent «une position du ministère de l’éducation nationale» qui, pour l’instant, ne s’est pas encore clairement prononcé sur la question. Le ministre, Ahmed Akhchichine, a tout de même tenu à envoyer un signal aux opérateurs : il vient de nommer un directeur qui aura en charge le secteur de l’enseignement supérieur privé, poste créé pour la première fois. Les professionnels espèrent qu’il se mettra rapidement à la tâche pour régler de vieux dossiers comme l’accréditation et les cahiers des charges.