20% d’«Al Massae» à  vendre

Le divorce est consommé entre les deux fondateurs du quotidien arabophone Al Massae, Rachid Niny et Toufik Bouaâchrine. Ce dernier, qui occupait le poste de rédacteur en chef, a officiellement mis fin à sa collaboration le 29 décembre pour cause de divergences de points de vue sur la ligne éditoriale avec M. Niny. Joint au téléphone, mercredi 31, M. Bouaâchrine se trouvait déjà dans sa ville natale, Marrakech, pour quelques jours de repos et, surtout, réfléchir à la suite des événements.
C’est que l’ancien rédacteur en chef se trouve également être actionnaire de la société éditrice du journal à hauteur de 20% du capital. «J’ai démissionné de mes fonctions, je ne suis plus salarié de l’entreprise, mais j’en suis toujours actionnaire».
Certes, la suite logique voudrait qu’il revende ses parts puisqu’il dit ne plus être d’accord ni avec le projet en soi ni avec la conception du journalisme de son ancien partenaire. A qui les revendra-t-il ? «Pour l’instant, je n’en ai aucune idée».
Néanmoins, Toufik Bouaâchrine ne compte pas chômer. Il affirme avoir déjà un projet ficelé, évidemment dans la presse écrite. Un futur concurrent d’Al Massae ? L’intéressé n’a pas souhaité, pour l’instant, divulguer la moindre information concernant son projet, mais promet que l’annonce se fera dans un délai assez court.
A l’heure où nous mettions sous presse, le directeur de publication d’Al Massae, Rachid Niny, et son directeur général, Samir Chawki, sont restés injoignables.