Trois Smig de plus dans la poche

A partir de janvier 2004, les salaires des députés passeront de
30 000 DH mensuels à 36 000. Indécent pour un pays pauvre.

Avoir la gymnastique harrassante à laquelle s’est livré, jusqu’à la dernière minute, le gouvernement pour joindre les deux bouts d’une Loi de finances 2004, alourdie par les contraintes sociales et limitée par les moyens de l’Etat, on comprend mal la décision prise d’y inclure une enveloppe réservée aux augmentations des députés.
A partir de janvier 2004, les représentants et conseillers de la nation auront droit à 6 000 DH de plus par mois. Une augmentation de 20% d’un seul coup, qui viendra s’ajouter aux 30 000 DH qu’ils perçoivent actuellement.
Indécent ! Il n’y a pas d’autre terme pour qualifier cette augmentation. A l’heure où des fonctionnaires se battent depuis bientôt deux ans pour décrocher un maigre surplus de 200 ou 300 DH sur leur fiche de paie, on octroie comme bonus le salaire de trois smigards à des députés qui sont déjà bien payés. A titre de comparaison, en Espagne, les députés ne perçoivent que 30 000 DH alors que ce pays a un niveau de vie bien plus élevé que le nôtre. Mieux, en République tchèque, les députés ne perçoivent que 10 000 DH par mois.
Ce sont donc 43 millions de DH que l’Etat dispensera généreusement, alors qu’il manque de tout. Ecoles, hôpitaux dignes de ce nom, moyens informatiques…
On dira ce que l’on voudra. Les parlementaires manquent de moyens : locaux, matériel, téléphone, assistants ? C’est à ce niveau qu’il faut investir. Les parlementaires issus de la fonction publique n’ont pas le droit de garder leur poste, ni leur salaire au cours de leur mandat ? Que l’on trouve un compromis car, après tout (et cela a été confirmé par les intéressés eux-mêmes), leur charge de travail dans l’hémicycle occupe en moyenne 6 jours ouvrables par mois. Ce qui fait aujourd’hui de leur métier l’un des mieux payés au Maroc : 5 000 DH par journée travaillée !
Cerise sur le gâteau, des discussions seraient en cours pour augmenter le montant de leur retraite. Ceux, et ils sont nombreux, qui auront accompli deux législatures, percevront 10 000 DH par mois au lieu de 7 000. Pour trois législatures, ce sera 15 000 DH au lieu de 9 000.
On a beau se refuser à verser dans le populisme, force est de reconnaître que l’Etat a poussé le bouchon trop loin. Indécent, vraiment indécent pour un pays pauvre.