Retour aux sources

La pandémie s’est avérée être un déclencheur de révolutions et de transformations dans plusieurs domaines qui, il y a quelques mois seulement n’auraient même pas été envisageables.

Par contrainte due à la crise sanitaire, le Maroc a été amené depuis le début de l’épisode Covid-19 à revoir des process, à explorer de nouvelles façons de faire, à inventer des dispositifs ou encore à franchir enfin le pas pour des réformes et des dossiers dont certains traînaient depuis des années. La généralisation de la protection sociale, le déploiement digital et la numérisation, la dématérialisation des procédures administratives, l’activation effective de la stratégie industrielle pour le «made in Morocco» ou encore la mise en marche de la réforme délicate mais vitale qui consiste à ouvrir le domaine de la santé à des opérateurs nouveaux, notamment étrangers, en sont l’illustration.
Le dernier exemple en date de telles petites révolutions déclenchées par la pandémie a été tout aussi inédit : le dispositif spécial mis en place depuis le 15 juin pour faciliter le retour des MRE sur décision et instructions royales. Un dispositif qui a permis de contourner avec succès l’écueil ibérique.
Déjà depuis plusieurs années, l’opération estivale Marhaba était unique en son genre dans le monde et constituait un cas d’école. La migration estivale massive de millions de MRE qui convergeaient tous en l’espace de quelques jours de toute l’Europe vers une seule et même destination, le Maroc, constituait en soi un défi d’ordre humain, matériel et logistique.
Mais c’est toujours la même et seule raison qui a conduit le Maroc à imaginer Marhaba qui a fait qu’aujourd’hui, avec la pandémie, il n’ait pas hésité une seconde à tenter l’impensable pour que ses enfants puissent rentrer et fouler leur terre. Cette raison se résume en deux mots : l’attachement et la communion. En ordonnant la mise en place du dispositif spécial, SM Mohammed VI a exprimé de la plus belle des manières le niveau d’attachement du Maroc à ses enfants où qu’ils soient. Et inversement, l’incroyable ruée des MRE en l’espace de quelques heures pour les billets d’avion est la preuve éclatante de leur attachement au Maroc et à leur retour estival rituel aux sources.
Qui aurait cru qu’une situation critique sur le plan sanitaire aggravée par une impasse «diplomatique» avec le voisin ibérique pourrait se transformer en une magnifique success story comme tant d’autres vécues depuis mars 2020… ?