Liste nationale de chômeurs

On parle de mettre en place une liste nationale qui verrait les hauts cadres de partis venir élever le débat intellectuel du Parlement. Quelle représentativité vis-à -vis de la nation auront-ils ?

Après la liste nationale des femmes mise en place en 2002, voilà que l’on parle ces derniers jours d’une liste nationale qui serait réservée aux hauts cadres des partis politiques. L’idée qui sous-tend ce raisonnement est de permettre une plus grande représentativité des ministres, membres de bureaux politiques, de Conseils nationaux et autres organes au sein de l’institution législative de manière, dit-on, à en élever le niveau des débats.

Il s’agit, là, d’une proposition pour le moins étonnante ! Comment ,donc, ces 325 députés élus par la nation ne seraient pas du niveau requis pour faire de la première Chambre un lieu de discussion du niveau intellectuel requis ? On nous aurait trompé sur la marchandise, nous les 15,5 millions de Marocains en âge de voter ! Cette proposition qui vient de partis politiques donne une idée bien piètre de l’estime qu’ils ont pour leurs représentants au Parlement.

Poussons le raisonnement plus loin. En 2002, l’instauration de la liste nationale, quoique discutable sur le principe, répondait à un objectif de discrimination positive. Ceci afin de permettre une plus grande représentativité des femmes au sein du Parlement. Pour ne pas se retrouver en contradiction avec la Constitution, il fut décidé de l’appeler liste nationale seulement, en comptant sur la bonne volonté des partis politiques pour n’y présenter comme candidats que des personnes de sexe féminin. Ce qui fut effectivement fait lors des législatives du 27 septembre de la même année. Cinq ans plus tard, le système a connu des travers prévisibles : puisque la liste n’était pas interdite aux hommes, certains partis en ont profité pour y placer des candidats qui n’ont pas pu être en tête des listes locales. C’est ainsi que de discrimination positive on est tombé dans le repêchage.

Or, être inscrit sur une liste nationale présente plusieurs avantages. D’abord un nombre de candidats plus faible donc une plus grande probabilité d’être élu. Ensuite, une exonération de faire campagne, puisque l’on ne s’adresse pas à la circonscription. On attend que l’électeur veuille bien cocher.

Où est la représentativité vis-à-vis de la nation qu’est supposé refléter le Parlement alors ? Quel sens aurait une autre liste nationale sinon celui de permettre à ceux qui n’ont livré aucun combat électoral de siéger au Parlement, de percevoir 40 000 DH par mois pour représenter un peuple qui ne les a pas élus directement ? A ce rythme-là je préfère autant avoir au sein du Parlement des diplômés chômeurs issus d’une liste nationale. Ils sont Bac + 18, donc ont le niveau intellectuel et au moins eux représentent 250 000 de leurs semblables.