Le chant du cygne

La mésaventure que nous sommes en train de vivre sur le dossier du Sahara va certainement finir avec un minimum de dégà¢ts. Et ce, grà¢ce aux amis du Maroc, notamment la France qui vient à  la rescousse chaque fois que nous sommes en difficulté sur cette affaire.

La mésaventure que nous sommes en train de vivre sur le dossier du Sahara va certainement finir avec un minimum de dégâts. Et ce, grâce aux amis du Maroc, notamment la France qui vient à la rescousse chaque fois que nous sommes en difficulté sur cette affaire. Il est donc fort à parier que la mention de «monitoring» des droits humains ne fasse plus partie de la résolution finale. Et alors nos chers diplomates chanteront, encore une fois, victoire…jusqu’à l’année prochaine. Mais cette fois, si rien ne change dans notre approche, ce sera le chant du cygne !

Que faire alors ? Tout d’abord, sur le plan sémantique : le Sahara marocain, provinces du sud, etc. Est-ce que nous disons le Souss marocain ? le Rif marocain ? Bien sûr que non. Le Maroc est une seule entité. Vivre à Laâyoune ou à Tanger c’est vivre dans une ville du Maroc, un point c’est tout ! Ensuite, quelle est cette idée saugrenue qui veut que la population du Sahara ait un territoire indépendant ? Alors que dire des Sahraouis d’Algérie, ceux de Libye, du Tchad… Pourquoi c’est le Maroc qui doit céder son territoire aux Sahraouis et pas les voisins, tous les voisins ? Il est évident que l’Algérie sans son Sahara, c’est un pays sans gaz ni pétrole. C’est sur ce point qu’il faut contrer ceux qui se veulent les sauveurs des peuples. Pourquoi pas un territoire pour les Kabyles et les Arabes en Algérie ? Il n’y a pas plus facile que de diviser, le plus dur est de créer un Etat uni, avec toutes ses ethnies. En outre, cessons cette gestion archaïque des populations sahraouies de l’intérieur ou de l’extérieur. Si avantages il doit y avoir, qu’ils soient pour les unionistes et non plus pour les séparatistes. Plus de prime à celui qui crie le plus fort. Il faut faire confiance à ceux qui se considèrent marocains !

Enfin, qu’attendons-nous pour mettre en place un parlement de région dans le cadre de l’autonomie ? La régionalisation et la nouvelle Constitution permettent ce parlement régional élu démocratiquement avec un budget et une feuille de route. Si on espère que toutes les parties concernées par ce conflit nous donnent leur accord, on ne le réglera jamais. Car la réalité est que personne, à part le Maroc, n’a intérêt à régler ce dossier. Ni l’Algérie qui a un vrai problème d’hégémonie et de leadership régional. Elle en rêve mais n’en a ni les moyens ni les institutions. Ni le Polisario qui n’existe qu’à travers ce conflit, et encore moins l’Espagne qui a vécu la Marche verte comme une humiliation et qui ne veut pas que Sebta et Mellilia soient sur la table des revendications marocaines.

Arrêtons d’avoir des complexes et comportons-nous en vainqueurs. La réserve et l’improvisation n’ont que trop duré ! Nous avons gagné la guerre du Sahara, vaincu la propagande algérienne et créé les conditions pour le respect des droits de l’Homme et de la dignité des citoyens. Nous avons mis en place un Plan d’autonomie qui, dans un cadre plus large de la régionalisation, a été voté par une majorité écrasante des Marocains…Tous les Marocains !