Ces étrangers marocains

De plus en plus, le seul lien qui restera entre les MRE et le royaume ne sera que leur nationalité marocaine. Ils deviendront de simples visiteurs qu’il faut attirer par d’autres méthodes.

Le sondage que vient de réaliser l’Institut BVA pour le compte du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger est intéressant à plus d’un titre. On y relève une volonté d’intégration dans les pays d’accueil, de participation à la vie économique et sociale, d’être considérés comme des citoyens à part. Cela se comprend aisément.
Aujourd’hui, le nombre de Marocains qui émigrent est insignifiant par rapport aux vastes flux migratoires qui ont caractérisé les années 70 et 80. Des trois millions de MRE vivant aujourd’hui dans plusieurs pays et principalement en Europe, la plus grande partie est constituée des enfants de ces travailleurs, ce que l’on qualifie de 2e et 3e génération. Or, ces générations-là non seulement n’ont jamais vécu au Maroc, mais connaissent aussi de moins en moins leurs familles, celle de leur père et mère, celle de leurs grands-parents. Ces MRE ont certes la nationalité marocaine, mais c’est le seul fil ténu qui les lie parfois au Royaume. Hormis cela, ils se sentent plus français, espagnols ou hollandais que marocains. 73% des MRE de deuxième génération parlent la langue du pays d’accueil à la maison et 76% sont inscrits sur les listes électorales. Ils sont en voie d’intégration totale et on ne peut leur en vouloir pour cela.
Face aux MRE, le Maroc vit dans un état de dépendance significative. En 2008, les recettes MRE ont constitué 17,2% du total des rentrées de devises du pays. Elles étaient en baisse de 2,4% sur un an. A fin mai, elles ont baissé de 14% par rapport aux cinq premiers mois de 2008. Ces recettes sont constituées bien entendu de transferts de fonds aux familles restées au Maroc, d’argent dépensé pour acquérir des biens et services et d’investissement. Or, de plus en plus, la manne des nouveaux émigrants se tarissant et l’intégration agissant, ces MRE ne seront plus dans une optique d’aide à la famille mais plutôt dans celle de visiteurs trouvant un intérêt particulier au Maroc.L’Etat vient d’adopter cette semaine  une série de mesures en faveur des MRE. Il s’agit d’une initiative louable mais qui s’inscrit toujours dans cette vision du MRE pourvoyeur d’argent. Or, ce qu’il leur faut aujourd’hui, ce qu’il leur faudra de plus en plus à l’avenir, c’est de leur proposer des produits intéressants en tant que visiteurs dont le seul lien avec le Maroc est la nationalité. Des offres touristiques adaptées, des produits de placement et d’investissement attractifs, et surtout des facilitations administratives. Combien sont ces MRE dont le séjour au Maroc consiste à courir entre les guichets pour régler des problèmes ? C’est maintenant qu’il faut y travailler.