«Et ma retraite à  moi ?»

A 65 ans, quand vous partirez en retraite,
il ne vous restera théoriquement que 5 ans
à  vivre et la CNSS vous versera 4 200 DH par
mois ! Le rêve !

Le gouvernement semble fermement décidé à clôturer le dossier des retraites avant les élections législatives de 2007. En ce sens, le Premier ministre met la pression sur les équipes concernées par la réforme en vue de boucler une proposition définitive dont l’axe majeur est celui du relèvement de l’âge légal de départ en retraite à 65 ans.

S’agit-il d’un bon choix ? L’avenir le dira, et la seule certitude est que ce sont des considérations technicistes qui ont prévalu jusque-là. L’Etat doit payer le minimum et les organismes de retraites devront repousser au maximum leur délai de déficit. Et le salarié, autour duquel tourne tout le débat ? Il est quelque peu oublié, surtout quand on se penche sur l’avenir de ceux exerçant dans le privé.

Voilà la situation : vous êtes salarié dans une entreprise avec des revenus moyennement confortables. A 65 ans, quand vous sortirez en retraite, il ne vous restera plus que 5 ans à vivre théoriquement, puisque l’espérance de vie au Maroc est de 70 ans. Vous aurez ainsi trimé toute votre vie pour vous reposer pendant cinq ans seulement. A 65 ans, quand vous partirez en retraite, et si vous ne faites pas partie des 230 000 personnes qui auront cotisé à la CIMR, c’est donc que vous faites partie du lot des 1,6 million de personnes qui ont au moins la CNSS. Maigre consolation. A 65 ans, vous percevrez l’équivalent de 4 200 DH aujourd’hui. Triste, n’est-ce pas ?

Nous ne ferons pas l’injure aux compétences qui travaillent sur le dossier de la réforme des retraites de nous ériger en donneurs de leçon. Ils sont certainement mieux outillés que nous pour élaborer des schémas réalistes, mais, à notre sens, cette réforme des systèmes de retraite devrait tenir compte du bien-être de ces millions de gens qui se lèvent chaque matin pour aller travailler et participer au PIB de ce pays. Un exemple, aujourd’hui, la cotisation à la CNSS est calculée sur un plafond maximal de 6 000 DH de salaire. Réaliste ? Non, largement dépassé, anachronique !

Petite suggestion pour un budget présenté comme social : pourquoi ne pas relever le plafond CNSS, rendre la CIMR obligatoire et, pour soulager l’entreprise, baisser de manière significative le taux de l’IS en contrepartie (à 28% par exemple) ? Trop lourd pour le budget ? Et ces exonérations fiscales que l’on a maintenues ? Et ma retraite à moi, salarié, plus gros contributeur en matière d’impôts ?